LA DESTRUCTION DES ARBRES ET DES PARCS ACCENTUE LA CANICULE PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Mardi, 31 Juillet 2018 18:05

 Par un paradoxe technocratique le département des Pyrénées-Orientales vient enfin d’être classé en vigilance orange canicule. Et pourtant la ville de Perpignan détient des records de chaleur dans la continuité depuis plus d’une semaine. Et c’est dans la continuité d’un mandat hors de contrôle que la municipalité PUJOL - ALIOT, majorité et opposition réunies, impose à la population l’abattage de tous les grands arbres de la ville.

 Après l’effroyable destruction du séculaire patrimoine végétal que constituait le parc Bir-Hakeim - et qui restera la marque indélébile de cette municipalité - les bûcherons aveugles ont continué avec acharnement leur œuvre. Successivement, quasiment tous les arbres d’alignement des grandes avenues ont été sciés notamment boulevard Mercader et avenue Joffre, quant à l’avenue Torcatis elle a vu, dans la stupéfaction générale, la liquidation du Jardin exotique de la Digue d’Orri. Un joyau végétal reconnu par les guides touristiques.

 Un vent de folie pour le béton et le bitume s’est abattu sur la ville. Les « réhabilitations », genre dalles et « mails », avec replantation de quelques arbres - mais surtout pas de grands arbres au tronc haut, et surtout pas de platanes - n’apporteront aucun confort d’ombre et de fraîcheur. Le plus souvent ce sont de nouvelles nuisances pour les riverains (parking, piste de skate et même guinguette …).

 Il est maintenant admis que la température mondiale a augmenté de 1° C sur la planète et de 3° C dans les centres -villes. Cette accumulation de chaleur en milieu urbain est liée à la densité des bâtiments et aux sols goudronnées et pavés qui font que même la nuit les températures élevées se maintiennent. Le phénomène ne peut que s’amplifier sans une volonté correctrice qui consiste à créer des plans d’eau et à revégétaliser les quartiers.

 C’est ce qu’a entrepris la ville de Barcelone avec un nouveau type de parc urbain comme celui des jardins de la Rambla Sants. La ville de Perpignan a préféré réaliser Place de Catalogne une « dalle chauffante » avec quelques palmiers en sursis. Pour parfaire, elle envisage aussi la destruction du Jardin Henri Bataille au Bas Vernet.

 La seule façon de refroidir la ville de Perpignan serait de réchauffer la démocratie - car la population est excédée des décisions totalitaires de la municipalité PUJOL - ALIOT en matière de destruction du patrimoine végétal. Quand la population sera-t-elle consultée et ses choix respectés ?

Mise à jour le Samedi, 22 Septembre 2018 21:30
 

Qui est en ligne ?

Nous avons 4 invités en ligne