En France, les préfets nouveaux caïds PDF Imprimer Envoyer
Dimanche, 24 Mai 2020 19:48

 Le système de gouvernement par ordonnances tourne à plein régime - même si le traitement ne semble pas convenir aux patients.

 Les ordonnances Macron de septembre 2017 ont fait des petits et actuellement cela est devenu un système de gouvernement. Tous les prétextes sont bons et l’épidémie à coronavirus est une aubaine.

 Tout est bon dans de multiples domaines pour jouer la « flexibilité », « l’innovation », « l’expérimentation » pour tailler dans les procédures et s’asseoir sur les codes.

 Selon une méthode ingénieuse et bien rodée, l’expérimentation dans quelques régions du pouvoir des préfets à déroger aux normes est étendue au niveau national, sans évidemment qu’aucun bilan n’ait été tiré de l’« expérimentation». On le sait les expériences du ministère de l’intérieur sont toujours des succès. Il en sera certainement de même avec les ordonnances sur la justice.

 Ainsi le décret du 8 avril 2020 (tout le monde ne s’occupait pas des urgences hospitalières, ce qui est un signe encourageant pour une grande nation) prévoit que le préfet de région ou de département peut déroger à des normes arrêtées par l'administration de l'Etat pour prendre des décisions non réglementaires relevant de sa compétence dans les matières suivantes :

1° Subventions, concours financiers et dispositifs de soutien en faveur des acteurs économiques, des associations et des collectivités territoriales,
2° Aménagement du territoire et politique de la ville,
3° Environnement, agriculture et forêts,
4° Construction, logement et urbanisme,
5° Emploi et activité économique,
6° Protection et mise en valeur du patrimoine culturel,
7° Activités sportives, socio-éducatives et associatives.

L’ex-préfet Bernard BONNET va-t-il reprendre du galon ?

 

Qui est en ligne ?

Nous avons 75 invités en ligne